2018-2019
News
Interview avec Antoine Gheza
< | >

Interview avec Antoine Gheza

Publié le 02 octobre 2018 par

Interview avec Antoine Gheza

Il fait partie des joueurs qui sont revenus au RCFMB, tout d'abord en tant que joueur pour renforcer l'effectif de leur club formateur pour la montée en division Pré-fédéral, mais aussi pour compléter et encadrer les équipes d'éducateurs sportifs.

On vous présente l'interview d'Antoine Gheza, 23 ans, né à Chamonix Mont-blanc:

 

J’ai commencé le rugby à 8 ans au RCFMB où j'ai joué jusqu’à mes 18 ans. Puis je suis parti à Aubenas, à un moment où je souhaitais voir autre chose, rugbystiquement et professionnellement. 

J’ai passé 4 saisons à Aubenas, en tant que joueur et salarié du club, j’ai eu l’opportunité de passer un BP JEPS Sport Collectif et un Diplôme d’Etat Rugby à XV.

En 4 saisons j’ai pu travailler avec les catégories de l’Ecole de Rugby et avec celles du pôle jeune, notamment avec les sections sportives du club.

Après 4 saisons, j’avais besoin d’un nouveau challenge et je souhaitais trouver un poste avec plus de responsabilités. ça allait dans le sens de ce que cherchaient à mettre en place les dirigeants du RCFMB et nous nous sommes entendus pour créer le poste de coordinateur sportif. Je travaille également à temps partiel à la mairie de Cluses .

 

Tu es revenu au RCFMB après quelques années passées à Aubenas en Federale 1, tu n’es pas seulement joueur du club, quelles sont tes autres occupations au sein du RCFMB ?

J’ai plusieurs missions au sein du club car je suis le seul salarié, mais l’essentiel de mon travail est sur la formation des jeunes, des U6 aux U19.

Il y a des gens qui œuvrent pour le club au sein de différentes catégories, mon travail est de coordonner toutes ses forces vives pour que tout le monde aille dans le même sens et qu’on puisse créer un projet club qui permette aux jeunes  d’accéder à l’équipe première dans de bonnes conditions.

On est entrain de travailler sur la création d’un plan de formation et d’un suivi du joueur, on se réunit pour planifier et créer les séances ensemble.

Je pars du principe que plus on est pour échanger plus ce qu’on produit est pertinent, tout le monde est impliqué dans le projet.

 

Tu t’occupes aussi des activités du RCFMB en dehors du club, peux tu nous décrire lesquelles ?

Tout est en lien avec le club, effectivement je m’occupe de la section sportive de Saint-Jean de Bosco, c’est une section qui existe depuis longtemps, et c’est un super outil de formation. ça permet aux joueurs d’avoir un volume d’entrainement important.

J’interviens aussi dans plusieurs établissements scolaires pour initier les enfants au rugby, avec les problèmes que rencontre le rugby en ce moment, la fédération veut que les associations pénètrent le milieu scolaire pour que les gens comprennent que l’on pratique ce sport en toute sécurité.

Il m’arrive aussi de rencontrer des entreprises, qui peuvent potentiellement être intéressées pour devenir partenaires du club, quand on parle de projet club, il faut pouvoir intéresser et être visible dans la région.

 

Avec ton expérience passée à Aubenas, comment situes-tu le RCFMB au niveau de l’école de rugby et de la formation ?

Fondamentalement il n y a pas un énorme écart, d’ailleurs, il y a plus de licenciés au RCFMB qu’au RCAV. 

Il y a beaucoup de ressources humaines ici, et beaucoup d’éducateurs sont des anciens joueurs du club, c’est intéressant de voir que les gens continuent d’aider le club après avoir arrêté de jouer.

En tant que structure professionnelle, le RCAV s’appuie sur des éducateurs salariés et diplômés, ici ce sont des bénévoles, ça n’enlève en rien leurs compétences à former les jeunes, mais les gens doivent concilier travail et bénévolat, ça nous laisse moins de temps pour se voir et échanger.

Ce qui peut être limitant en terme de formation continue, c’est au niveau du public étudiant, selon leurs études, ils sont obligés de s’éloigner de Sallanches et Cluses, du coup la semaine ils ne s’entrainent pas au club et ils perdent pour certains en volume d’entrainement, qui est un facteur important de progression.

 

Quels sont ses points forts ? Quels sont ses possibilités à explorer ?

Le gros point fort du club c’est sa volonté à évoluer. Le club ne fait que grandir et la création du poste de coordinateur sportif par les dirigeants témoigne de cette volonté à continuer d’évoluer.

Pour continuer dans ce sens, il faut accentuer la communication, le club doit être visible et c’est important que les gens soient conscients de ce que l’on fait.

Il faut aussi être vigilant au niveau du recrutement et de la fidélisation des jeunes joueurs, le rugby rencontre des difficultés et tous les clubs rencontrent ce problème. 

Enfin, je dirai que la réforme des catégories U16 et U18 par la FFR avec des poules de brassage va nous servir, cela fait deux saisons de suite que les U18 sont champions des Alpes Philiponneau, et qu’ils font de jolis parcours en championnat de France, c’est très bien pour ces jeunes qui ont du vivre de beaux moments, maintenant si on veut qu’ils puissent intégrer l’équipe première, il faut qu’ils se frottent à un niveau qui est plus proche de celui qu’ils pourraient retrouver en sénior.

 

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.